/Groux au Sarrasin (façon sandwich)

Groux au Sarrasin (façon sandwich)

Print Friendly, PDF & Email

Pour ce plat, je me suis inspirée de la recette du site Recettes BretonnesLa cuisine paysanne était autrefois rustique et pauvre. La nourriture de base était la bouillie et la galette de blé noir. Ces bouillies, aujourd’hui se découpent en tranches et se font sauter au beurre. Salées ou sucrées, elles prennent le nom de « Groux ».

Pour 4 personnes /  Préparation : 10 minutes / Cuisson : 30 minutes

750 ml d’ eau

300 g de farine de sarrasin

2 c. à. s. de lait

1 oeuf fermier

1 c. à c. de sel

Du beurre

1 Faites tiédir l’eau quelques instants. Dans une casserole, hors du feu, versez la farine de sarrasin, le sel et mélangez.

Ajoutez le lait et ensuite l’eau tiède progressivement en mélangeant bien la pâte.

2 Faites chauffer la bouillie à feu doux en tournant constamment avec une cuillère en bois pendant environ 5 minutes.

Lorsque la pâte est assez épaisse, éteignez le feu.Laissez tiédir et incorporez l’œuf battu.

3 Versez la bouillie dans un plat sur une hauteur de 2/3 cm environ et tassez-la bien, avec les mains ou une spatule humides.

Recouvrez-la avec du film alimentaire et laissez-la refroidir au réfrigérateur (de préférence toute une nuit) pour qu’elle soit bien compacte et facile à découper.

4 Le lendemain, découpez des bâtonnets dans la pâte.

Faites-les revenir  dans une poêle avec un peu de beurre pour bien les dorer. Il doivent être bien croustillants à l’extérieur et fondants à l’intérieur.

Pour les garnir comme un sandwich, j’ai utilisé des oeufs brouillés et des tranches de poulet (ici végétal). Vous pouvez les garnir avec du jambon, du fromage, du saucisson et même les passez sous le grille pour faire fondre le fromage ou réchauffer la garniture.

        

J’ai utilisé des tranches de « poulet » végétarien que j’achète à la Boucherie Végétarienne à Paris et c’est super bon!

Pour la petite histoire…

Jadis, lorsque la bouillie était faite dans les fermes, par grandes quantités, on la tournait avec le « Baz yod » (bâton à bouillie).

Pour affiner ce mets quelque peu « bourratif », on ajoutait parfois un jaune d’œuf avec son blanc battu en neige. Bien sûr on aurait garde d’oublier le gros morceau de beurre salé. On servait ces bouillies dans de grands chaudrons; on creusait alors un trou au milieu de la bouillie bien chaude et on y déposait le beurre. chacun y puisait avec sa cuillère de bois. Source: http://j-m.rault.pagesperso-orange.fr/cuisine.htm

Cette recette participe au défi Nos régions ont du goût organisé par Marie Christine (L’alchimie des mets de Nonna) associée à Caroline (La maison de caroline)




Plus de recettes !